Symptomatique?

José_Bové_-_Meeting_in_Toulouse_for_the_2007_French_presidential_election_0188_2007-04-18_touchedLa prise de position de José Bové contre la PMA – avec les mêmes arguments que ceux qui l’amène à lutter contre les OGM – n’en finit pas de susciter des réactions chez les élus, les militants et les sympathisants d’EELV.

Esther Benbassa, sénatrice EELV, s’exprimait ce matin. Elle défendait ainsi l’urgence d’un accès à la PMA : « l’attente – quel qu’en soit l’objet – est toujours insupportable ». En d’autres termes: « je souffre d’un manque, donc j’ai droit à une compensation pour ce manque et la société doit combler mon manque immédiatement ». Ce n’est pourtant pas cette phrase qui est l’élément le plus remarquable du texte d’Esther Benbassa. Non, ce qui est le plus symptomatique est la vision qui en ressort du public auquel la PMA est destinée. Alors que la réflexion de José Bové porte sur la PMA en général et non sur l’homoparentalité ou l’accès à la parentalité des personnes célibataires, Esther Benbassa n’envisage la PMA que pour « les lesbiennes et les femmes seules qui attendent d’avoir un enfant ». Le texte ne dit rien, ou pas grand chose, des couples hommes-femmes qui ont recours à la PMA. La seule infertilité évoquée est sociale et pas biologique, comme si les couples hommes-femmes n’avaient jamais aucune difficulté à concevoir un enfant.

Cette vision de la PMA (et de l’infertilité) est symptomatique du mal qui frappe EELV. En faisant passer la PMA du biologique et du médical au sociétal, elle s’interdit d’approfondir le sujet de l’infertilité. Alors que le nombre de couples hommes-femmes ayant de graves difficultés à concevoir un enfant ne cesse d’augmenter, la seule réponse du discours politique est de proposer un substitut technique pour pallier l’absence de conception naturelle. Jamais les facteurs d’infertilité ne sont cités, et quand ils le sont, ce n’est pas pour savoir si le mode de vie occidental n’y serait pas pour quelques chose. Encore plus symptomatique, Esther Benbassa défend dans le même temps le droit des femmes à ingérer quotidiennement leur pilule contraceptive. La communauté scientifique se penche pourtant depuis quelques temps sur les effets nocifs pour l’environnement des hormones contenues dans les pilules ainsi que sur l’impact possible des mêmes hormones sur la fertilité masculine. On s’attendrait pour le moins à ce que des élus se réclamant de l’écologique s’emparent de ces sujets au nom de la protection des citoyens. L’allusion d’Esther Benbassa aux dangereux réactionnaires qui voudraient remettre en cause le recours aux antibiotiques fait également peu de cas de l’alerte émise par l’OMS il y a quelques jours au sujet de la menace constituée par la résistance grandissante aux antibiotiques.

S’il est quelque chose de symptomatique dans toute cette histoire, ce ne sont pas les propos de José Bové mais la contre-argumentation d’EELV dont la défense du sociétal se fait, inlassablement, au mépris de l’écologie et de la santé publique.

Bookmarquez le permalien.

3 Comments

  1. Je me demande dans quelle mesure la sénatrice EELV n’a pas réagit sur le point « PMA pour lutter contre l’infertilité sociale » parce qu’il est inconcevable pour elle, à moins d’être un intégriste, de refuser la PMA en bloc, infertilité médicale comprise. Mais en effet, triste constat.

  2. Je lis votre message en même temps que le livre de Le Breton, l’Adieu au corps. Malgré ses fautes d ‘orthographe et de langue, c’est un livre qui pose bien des questions relatives à la bioéthique, sociétales…Je vous le recommande. Il devrait vous intéresser….
    Marie

  3. Il y a bien longtemps que je me demande en quoi EELV est écologique …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>