Veillée de prière

Au début de mes études supérieures, je fréquentais l’aumônerie étudiante. C’était le mercredi soir, nous étions peu nombreux et nous prenions toujours un temps de prière ensemble. Une de ces veillées est depuis dix ans gravée dans ma mémoire.

Le 19 mars 2003, le monde attendait avec anxiété la fin de l’ultimatum adressé par l’administration Bush à Saddam Hussein. Dans un local exigü, nous n’étions pas plus d’une dizaine, debout, à prier pour le monde, conscients à la fois de la probable inutilité immédiate de nos prières et de leur grande force. Nous priions pour le monde, dans un monde qui ne voyait plus Dieu que comme un prétexte pour se faire la guerre. Ce que j’ai vécu au fond de moi-même ce soir-là, juste avant de m’éloigner pendant plusieurs années d’une pratique religieuse régulière, je l’ai à nouveau vécu pendant les quelques jours passés dans un monastère pendant les vacances. Le matin où j’ai assisté à l’office des vigiles, j’ai senti en moi tout ce que signifie prier pour le monde, à la fois au cœur et à l’extérieur de celui-ci. À l’extérieur du monde, car retiré dans un bâtiment volontairement isolé de l’activité quotidienne de la très grande majorité de nos concitoyens. Au cœur du monde cependant, car dépendant de lui et agissant avec lui, pour lui, l’apercevant en contrebas du monastère. Prier pour un monde qui se moque de nos prières autant qu’il en a besoin. C’est peut-être parce que le monde les ignore et les pense inutiles qu’elles sont encore plus belles.

L’actualité m’a particulièrement remis en mémoire cette soirée d’aumônerie. Il y a quelque chose qui l’a rend encore plus belle. Parmi les étudiants présents, il y avait un ami qui devait nous annoncer trois ans plus tard son entrée comme postulant chez les trappistes. Nous n’avons jamais parlé de sa vocation jusqu’à ce qu’il nous annonce qu’il se donnait à Dieu. Ce soir-là, pourtant, il nous la montrait déjà et nous donnait déjà de quoi la comprendre.

Quand j’ai du mal à prier, c’est à ce souvenir que je me raccroche.

Bookmarquez le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>